Programme personnalisé

Vous avez la possibilité de personnaliser votre programme en sélectionnant les séances de communications de votre choix pour chacune des plages horaires.

etou

DimancheLundiTout

9 h à 9 h 15
Mot d'ouverture

Séance D101 : Mot d'ouverture

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
9 h 00 (15 minutes)
Mot d'ouverture du Recteur de l'Université Oran 1
BENZIANE, Abdelbaki
Conférence principale / d'ouverture
Auteurs :
Abdelbaki Benziane
Université Oran 2 - Algérie

Le Pr Abdelbaki BENZIANE est recteur de l'Université Oran 1 Ahmed Benbella et président de la Conférence régionale des universités de l'Ouest. Il est également directeur du Laboratoire de recherche sur les économies euromeditérraneennes (LAREEM)

9 h 15 à 9 h 30
Le RIFEFF en bref

Séance D201 : Le RIFEFF en bref

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
9 h 15 (15 minutes)
Le RIFEFF en bref
KARSENTI, Thierry
Conférence principale / d'ouverture
Auteurs :
Thierry Karsenti
Université de Montréal - CRIFPE - Canada

Thierry Karsenti est directeur du CRIFPE, détenteur de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation, et professeur titulaire à l’Université de Montréal. Au cours de sa carrière, il a publié de nombreux livres et articles scientifiques portant sur le numérique en éducation. Membre de l’Académie des sciences du Canada (Société Royale), ses réalisations ont été reconnues par de nombreux prix nationaux et internationaux.

9 h 30 à 10 h 15
Conférence d’ouverture

Séance D301 : Conférence d'ouverture

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
9 h 30 (45 minutes)
La compétence numérique : une nécessité pour tous les enseignants?
KARSENTI, Thierry
Conférence principale / d'ouverture
L’objectif de cette conférence est de montrer, d’abord, pourquoi il est important de développer la compétence numérique des enseignants, en lien avec la mission de l’école. Puis, à partir des travaux de recherche réalisés au Québec nous présenterons le Cadre de référence de la compétence numérique. Ce document vise le développement de la compétence numérique, qui est définie par un ensemble d’aptitudes relatives à une utilisation confiante, critique et créative du numérique pour atteindre des objectifs liés à l’apprentissage, au travail, aux loisirs, à l’inclusion dans la société ou à la participation à celle-ci. Les 12 dimensions présentées dans le cadre ont également été choisies soigneusement, à partir d’une vaste recension internationale, pour que l’individu puisse développer son autonomie lorsqu’il utilise le numérique dans un contexte pédagogique ou professionnel ou encore dans la vie de tous les jours. Le Cadre de référence de la compétence numérique tient donc compte des plus récentes recherches en sciences de l’éducation et des pratiques innovantes dans ce domaine. Sans nier les risques qui peuvent découler de la « fracture numérique », il permet d’appréhender néanmoins le numérique en tant qu’outil d’inclusion. À cet égard, une conception universelle du numérique en enseignement devrait permettre son usage par tout enseignant.
Auteurs :
Thierry Karsenti
Université de Montréal - CRIFPE - Canada

Thierry Karsenti est directeur du CRIFPE, détenteur de la Chaire de recherche du Canada sur les technologies en éducation, et professeur titulaire à l’Université de Montréal. Au cours de sa carrière, il a publié de nombreux livres et articles scientifiques portant sur le numérique en éducation. Membre de l’Académie des sciences du Canada (Société Royale), ses réalisations ont été reconnues par de nombreux prix nationaux et internationaux.

10 h 45 à 12 h 45
Conférences thématiques

Séance D401 : Numérique éducatif

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
La classe à l’ère du numérique : impacts sur les apprentissages
BOUTELAA, Fethi
Communication orale
Le numérique : de quoi parle-t-on? Quels sont les impacts de l’utilisation du numérique sur les apprentissages? Face à un manque de motivation de certains étudiants et à l’hétérogénéité de niveaux, nous avons été amenés à travailler différemment en utilisant des outils numériques tels que edmodo, kahoot, wooclap, genially, padlet et Edpuzzle. Outre le travail important de l’enseignant pour la phase de préparation, le parcours de la classe numérique a été une expérience enrichissante et les étudiants semblent progresser. À l’issue de l’année, nous avons constaté une meilleure communication avec les étudiants, une individualisation de la formation, de meilleurs résultats lors des évaluations, des étudiants ayant une plus grande confiance en eux, un accroissement de la motivation ainsi qu’un engagement plus important dans la réalisation des tâches. À l’aide d’un sondage, nous sommes en mesure de constater que 76 % des étudiants sont satisfaits de ce type d’apprentissage. Ils soulèvent les avantages de pouvoir consulter le cours en tout temps, de travailler à leur rythme et de collaborer plus facilement en groupe. Les étudiants interrogés mentionnent toutefois que cette approche demande une autodiscipline plus importante et une plus grande charge de travail personnel. Ils critiquent également le fait que le cours est essentiellement en mode asynchrone.
Auteurs :
Fethi Boutelaa
LP Experiemental - Algérie

Fethi Boutelaa est diplômé d'une maîtrise en commerce et affaires internationales et d'un master 2 en économie, voie recherche. Il a été pendant 6 ans consultant formateur en création et reprise d'entreprise. Il avait pour mission d'accompagner les porteurs de projet à créer leurs entreprises, et de former les chefs d'entreprise à la gestion, au marketing, et au droit des affaires. Depuis quelque années il a changé de carrière professionnelle, en s’orientant vers l'enseignement. Il a occupé un poste d'enseignant en économie gestion au sein d'un lycée expérimental pour des élèves décrocheurs en les préparant au diplôme de baccalauréat. Puis, il a obtenu un poste d'enseignant universitaire pour des étudiants ingénieurs. Il expérimente de nouvelles façon d'enseigner, afin de motiver les élèves, leur donner le goût d'apprendre, et de les faire progresser.

11 h 15 (30 minutes)
L’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement de l’éducation physique et du sport au secondaire en Algérie
ZITOUNI, Abdelkader; TARCHOUNE, Abbas; ADDA, Abdeddaim; ELSA, Ribeiro Silva
Communication orale
L’application des nouvelles technologies dans les écoles et son implantation dans le système éducatif et plus concrètement dans le domaine de l’éducation physique n’est toujours pas correcte et fait actuellement l’objet de débats. Dans cette étude, nous avons procédé à une analyse de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) par des enseignants d’éducation physique de l’enseignement secondaire lors des cours. L’échantillon de l’étude comprenait 30 enseignants représentant 10 établissements de l’enseignement secondaire de la ville d’Oran. Un questionnaire sur l’utilisation des TIC par les enseignants en éducation physique et sportive a été rempli par les participants. Les résultats ont montré qu’il n’existe pas de différence statistiquement significative dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication entre les enseignants d’éducation physique et de sport liée aux qualifications académiques ou au genre. À la lumière des résultats de l’étude, les chercheurs recommandent d’organiser des cours de formation sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication lors de l’enseignement pour les enseignants d’éducation physique.
Auteurs :
Abdelkader Zitouni
Université de Mostaganem - UMAB Argelia - Algérie

Abbas Tarchoune
Université de Mostaganem - Algérie

Abdeddaim Adda
Université de Mostaganem - Algérie

Ribeiro Silva Elsa
Universidade de Coimbra - Portugal

11 h 45 (30 minutes)
L’impact du numérique dans le système éducatif en Algérie : le cas de la formation des enseignants d’EPS
BENCHEHIDA, Abdelkader
Communication orale
Le numérique joue un rôle de plus en plus central dans tous les domaines de la vie des individus. Les outils utilisés « ont également une influence croissante sur l’évolution de l’ensemble des sociétés et affectent de façon significative les dimensions économiques, sociales et éducatives » (Redecker, 2010). En Algérie, « le numérique qui touche de nos jours tous les secteurs de la vie courante s’introduit à grande échelle dans le domaine de l’éducation » (Boufassa, 2017) et plus particulièrement dans la formation des enseignants du sport. Les acteurs du sport ont donc décidé de passer de la phase papier aux techniques numériques. Ainsi, dans leur quotidien, les enseignants utilisent l’informatique, chacun selon ses moyens et ses capacités, pour véhiculer l’information et la transmettre aux étudiants. Nous avons mené une enquête auprès de vingt enseignants universitaires et de cinquante étudiants par le biais d’un questionnaire afin de voir si ces outils sont utilisés et, le cas échéant, comment et à quelles fins ils le sont. Les résultats sont significatifs et corroborent ce qui a été perçu dès le départ comme étant lié à une faiblesse des moyens et à la non-perception des avantages de ces nouvelles technologies par ces différents acteurs.
Auteurs :
Abdelkader Benchehida
Université Abdelhamid Benbadis - Algérie

MCU-HDR. Membre de l'association des chercheurs francophones en football (ACFF, France ). Membre du conseil scientifique de l'Institut de l'éducation physique et sportive de l'Université Abdelhamid Benbadis et du laboratoire LABOPAPS .

Séance D402 : Innovations pédagogiques et formation initiale

 Amphithéâtre Tadjouri
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
Résistances à l’écriture en formation d’enseignants de lettres
COLIN, Didier; LAVIEU, Belinda; DOLIGNIER, Catherine
Communication orale
En fin de formation initiale en France, les futurs enseignants produisent un mémoire de master dont l’enjeu est triple : i) porter un regard scientifique sur un objet professionnel, ii) acquérir des modes de pensée en s’initiant à la recherche par la recherche, iii) se professionnaliser par le regard porté sur l’objet étudié. Cet écrit long repose sur la dimension euristique de l’écriture en tant qu’outil au service du développement professionnel. Malgré un rapport supposé facilitant en raison de leur cursus, les étudiants de lettres résistent à l’écriture dont – nous en faisons l’hypothèse – ils n’identifient pas les différentes fonctions. L’étude présentée repose sur un état des lieux de trois promotions de l’ESPÉ de Créteil et sur l’analyse plus précise de données recueillies en 2018-2019. Les réponses à deux questions sur le rôle du mémoire dans la formation et les obstacles rencontrés lors de sa rédaction (la première posée avant la soutenance, la seconde après la soutenance, la troisième après l’annonce des notes) sont mises en relation avec l’écriture du mémoire et avec les mémoires abordant l’écriture. Les premiers résultats confirment la nécessité d’une initiation à l’écriture de recherche dans une articulation avec la didactique du français.
Auteurs :
Didier Colin
ESPE UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL - France

Belinda Lavieu
ESPE DE CRETEIL UPEC - France

Catherine Dolignier
ESPE de Creteil UPEC - France

11 h 15 (30 minutes)
Pour une nouvelle conception de l’acte d’enseignement des temps verbaux du français au cycle secondaire algérien
BOURKAIB SACI, Naoual
Communication orale
Notre contribution s’inscrit dans le champ de la didactique cognitive fondée sur la conviction que le rôle de l’enseignant n’est pas tant d’expliquer que de renseigner l’élève sur sa propre façon d’apprendre; sa tâche est d’aider l’apprenant à construire/développer son savoir-faire grâce à des dispositifs pédagogiques prenant appui sur les connaissances antérieures et sur les relations que l’élève a pu construire entre ces connaissances (qu’elles soient bien organisées dans la structure cognitive ou pas encore). En ce sens, c’est à partir des conceptions personnelles (qui peuvent se révéler conformes à la norme scolaire ou non) des élèves que l’on doit opérer la planification d’un « scénario » d’apprentissage. Dans cette optique, de nombreux chercheurs tels que B. Schneuwly (2003) et A. Delbrayelle (2008), en vue de proposer des outils pédagogiques propices au développement des compétences langagières, partent des conceptions mentales des apprenants. Sous cet angle, nous présenterons, dans le cadre de cette communication, une action didactique expérimentale « innovante », construite sur la base de conceptions cognitives inhérentes à l’expression du temps et de l’aspect chez des sujets-apprenants algériens au cycle secondaire et pouvant contribuer à la formation initiale et continue des enseignants de français en Algérie.
Auteurs :
Naoual Bourkaib Saci
Université Lounici Ali - Algérie

Madame Bourkaib Naoual, titulaire d’un Doctorat en didactique du français, maître de conférences habilitée à diriger des recherches universitaires en didactique des langues et en Sciences du langage, membre du laboratoire de recherche en sociolinguistique et en didactique du plurilinguisme à l'École Nationale Supérieure de Bouzaréah, membre d’un projet de coopération algéro-française autour de la pluralité des langues et des implications didactiques sous la direction de P. Blanchet et A. Y. Kara, responsable de l’antenne du réseau Lafef à l’Université de Blida.

11 h 45 (30 minutes)
Description et analyse de pratiques expertes en contexte d’enseignement lexical au primaire : pistes d’exploitation didactiques en formation initiale et continue
CUERRIER, Marjorie; LEDUC, Alexandra
Communication orale
D’après les recherches sur le sujet (Grossmann, 2011; Vancomelbeke, 2004), il semble qu’à travers la francophonie, le lexique est peu enseigné formellement en classe au primaire. Dans la plupart des cas, cela s’explique par le fait que les enseignants se sentent démunis devant la tâche colossale que représente l’enseignement-apprentissage du lexique (Beck, McKeown et Kucan, 2013). Dès lors, plusieurs enseignants énoncent certaines préoccupations quant aux connaissances lexicales de leurs élèves : ils soulignent l’imprécision des mots employés, la pauvreté de leur vocabulaire et la difficulté d’accéder au sens des mots. Face à cette problématique, notre recherche décrit et analyse les pratiques d’enseignants experts sur le sujet relevées à la suite d’observations qui se sont échelonnées sur près de 2 mois. Nous souhaitions alors documenter les pratiques effectives d’enseignants du 1er cycle du primaire en contexte naturel. Les résultats obtenus, articulés autour du modèle multi-agenda de Bucheton et Soulé (2009), permettent de dresser un portrait exhaustif de leurs pratiques. Des faits saillants quant aux contenus abordés, aux dispositifs utilisés et à l’étayage offert constituent des pistes didactiques pertinentes à traiter en formation initiale et continue, ce que nous aborderons également dans le cadre de cette présentation.
Auteurs :
Marjorie Cuerrier
Université de Montréal - Canada

Marjorie Cuerrier est titulaire d’un baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire de l’Université de Montréal (2017) ainsi que d’une maîtrise en sciences de l’éducation option didactique (2019) dans cette même Université. Travaillant à titre d'étudiante-chercheuse sur quelques projets de recherche d'envergure, elle est également doctorante à l’Université de Montréal en sciences de l'éducation option didactique, sous la direction d’Isabelle Montésinos-Gelet. Son projet doctoral traite de l’enseignement lexical à l’aide de la littérature jeunesse au primaire, une continuité de son projet de recherche de 2e cycle.

Alexandra Leduc
Université de Montréal - Canada

Titulaire d’un baccalauréat en enseignement en adaptation scolaire délivré par l’Université de Montréal, Alexandra Leduc travaille depuis quelques années à la Commission scolaire des Trois-Lacs auprès d’élèves du secondaire. Forte de son expérience, elle s’intéresse à l’arrimage entre les chercheurs qui mettent de l’avant des connaissances théoriques et les praticiens qui eux, les opérationnalisent en contexte de classe.

12 h 15 (30 minutes)
Accéder plus efficacement au sens premier des œuvres grâce à un angle inédit
SOLTÉSZ, Joseph
Communication orale
L’enseignement généraliste de la littérature est peu compatible avec le cheminement par compétences. Réduite à un objet d’études, elle délaisse le fait qu’elle est sujet de rencontre, fin ultime de l’œuvre. Dommage pour le récepteur : cette notion essentielle en littérature – comme dans tous les arts – a fait l’objet de nombreuses publications dans le domaine de la théorie de la communication, des médias, de la linguistique. À l’appui de l’une d’elles qui corrige la nomenclature traditionnelle, deux douzaines d’exemples démontrent qu’on peut sous cet angle soit illustrer plus rigoureusement le propos de l’œuvre, soit en faire ressortir un aspect voilé, soit commenter un aspect historique occulté, etc. On restaure ainsi un aspect peu abordé dans la formation littéraire que les maîtres proposent à leurs élèves : bien qu’ils doivent « étudier » le texte, ils en sont d’abord les récepteurs. Même si quelques contre-exemples dévoilent que certains ne jouent pas le jeu, pour la plupart, le bénéfice de l’avoir fait est inestimable : se percevoir d’abord destinataires; en d’autres mots, se sentir (plus) personnellement concernés par les œuvres, une approche privilégiée pour en aborder les « compétences », même sous les angles les plus traditionnels.
Auteurs :
Joseph Soltész
EtudiNET - Canada

Docteur ès lettres (Université Laval - Québec), professeur-chercheur à l'INRS-Éducation, puis enseignant de langue, de littérature (et même brièvement d'allemand) au niveau collégial et occasionnellement superviseur de l'épreuve ministérielle de français - Musicien amateur avec exécutions publiques - Formateur, développeur et correspondant en navigation de plaisance - Nombreuses communications et publications pratiques et de « terrain », dont plusieurs disponibles sur Internet - Concepteur du didacticiel en ligne BDstyle.ca

Séance D403 : Formation initiale et continue

 Salle Tadjouri 1
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
Le développement de compétences chez des étudiants–futurs enseignants par la mise en place d’un dispositif de type classe renversée
MAGNERON, Nathalie; MERCHAN GONZALEZ, Andres
Communication orale
La formation initiale du 1er degré en France est offerte dans le cadre d’un master MEEF visant le développement de compétences professionnelles. La polyvalence attendue implique que les étudiants rencontrent des savoirs multiples imbriqués (Altet, 1996), la structuration de la formation en modules laissant à leur charge cette imbrication. C’est cette dernière, au sein d’un module de sciences de 24 heures construit sur une approche spiralaire et selon le principe « Do it Yourself », auquel la « classe renversée » (Cailliez, 2015, 2016; De Stercke, 2015) appartient, qui est remise en question : en quoi ce module permet-il d’acquérir des connaissances et de développer des compétences professionnelles? Cette contribution se situe dans le cadre théorique de Lesne (1979, 1987) considérant la formation comme un acte social. Notre hypothèse est que ce module développe les compétences attendues en sollicitant des ressources internes et externes, tout en articulant différents savoirs, et en permettant de mieux comprendre le sens profond de la formation. L’analyse des documents, des observations et des entretiens met en avant des capacités et attitudes à construire, à mettre en œuvre et à animer des situations d’enseignement-apprentissage, à organiser un mode de fonctionnement, à coopérer ou à collaborer au sein d’une équipe et à évaluer.
Auteurs :
Nathalie Magneron
Université d'Orléans - France

Maitre de conférence en didactique des sciences - laboratoire ERCAE université d'orléans.

Andres Merchan Gonzalez
Université d'Orléans - ESPE - France

Enseignant du premier degré - formateur ESPE - Université d'Orléans

11 h 15 (30 minutes)
8 ans de master MEEF en France : le mémoire de recherche comme outil professionnalisant des futurs enseignants du premier degré
SCHMEHL-POSTAÏ, Annette
Communication orale
Mise en œuvre à partir de l’année 2010-2011, la « mastérisation » a transformé la formation des enseignants en France. Comme tout master, le Master MEEF Enseignement Premier Degré se fonde sur deux piliers : une spécialisation des connaissances et des compétences et une initiation à la recherche scientifique. Le mémoire de recherche à réaliser durant cette formation constitue un facteur majeur dans la trajectoire professionnalisante des étudiants qui se destinent au métier d’enseignant. Les étudiants sont initiés à la recherche dans les domaines de l’éducation et des didactiques des disciplines qu’ils vont devoir enseigner. Le projet de mémoire représente bien souvent l’occasion d’approfondir des savoirs disciplinaires, de problématiser des questions professionnelles, d’analyser de façon outillée des données de la classe, mais il mène surtout l’étudiant stagiaire en deuxième année de master à acquérir une démarche qui l’aidera tout au long de sa carrière à interroger sa pratique afin de mieux comprendre son activité (et celle des élèves) et de s’efforcer à l’améliorer. Plusieurs exemples de mémoires dans les domaines de l’enseignement de la lecture et de l’écriture vont illustrer de quelle manière se joue cette formation à et par la recherche à travers les projets de recherche ancrés dans la pratique débutante.
Auteurs :
Annette Schmehl-Postaï
ESPE - Université de Nantes - France

Axes de recherche : enseignement-apprentissage de la lecture, de l’écriture, de la compréhension et interprétation de textes, de la littérature de jeunesse Mes travaux actuels s'inscrivent dans l'axe « Problématisations, savoirs et didactiques » du CREN et portent essentiellement sur enseignement-apprentissage de la compréhension des textes littéraires à la lumière du cadre théorique de la problématisation et du questionnement croisés avec les théories sémantiques linguistiques. Membre du projet IFE « Etude de l’influence des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture sur la qualité des premiers apprentissages. Lire-écrire au CP » (piloté par Roland Goigoux)

11 h 45 (30 minutes)
Évaluer la compétence scripturale : enjeux épistémologiques et méthodologiques
NIWESE, Maurice
Communication orale
Plusieurs études issues de différents champs disciplinaires des sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie, didactiques, etc.) ont mis en évidence l’existence d’un lien étroit entre l’écriture et la réussite scolaire ainsi que l’insertion socioprofessionnelle, étant donné que l’écriture participe à la construction et à la structuration des savoirs dans toutes les disciplines et qu’elle est omniprésente dans la vie de tous les jours. De ce fait, le développement de la compétence scripturale devient une question d’urgence sociale. Cependant, s’il est facile de poser ce diagnostic, il reste moins aisé de définir exactement ce que l’on entend par la compétence scripturale, comment on peut la faire évoluer et comment on l’évalue. En prenant appui sur le projet de recherche ECRICOL (ANR-16-CE28-0001) qui vise le développement de la compétence en écriture des élèves à l’entrée au collège (élèves de 11-12 ans) dans deux disciplines scolaires (le français et les sciences), il sera défini, au cours de cette communication, la notion de compétence scripturale dans ses différentes composantes avant de présenter une méthodologie de recherche, mais aussi de formation, qui permettrait de mesurer ce qui s’acquiert en termes de savoirs, de savoir-faire et de rapport que le sujet entretient avec l’écriture.
Auteurs :
Maurice Niwese
Université de Bordeaux - ESPE - France

Membre du Laboratoire Cultures – Education – Sociétés (LACES EA 7437), Maurice Niwese est Maitre de Conférences en Sciences du langage à l’Université de Bordeaux-ESPE. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’enseignement et sur l’apprentissage de l’écriture en formations initiale (contexte universitaire et scolaire) et continue. Travailler sur l’écriture l’amène à mobiliser les notions de compétence scripturale (dans ses aspects linguistique, textuel, pragmatique, matériel et graphique, etc.), de rapport à l’écriture, de représentations, de réécriture, etc. Inscrites dans une perspective pluridisciplinaire, ses recherches s’inspirent des apports de plusieurs disciplines contributoires à la didactique du français, notamment la linguistique, la narratologie et les théories du texte, la génétique textuelle, la psychologie cognitive et la psycholinguistique, la sociologie et l’ethnologie de l’écriture. Maurice Niwese s’intéresse par ailleurs à des questions qui relèvent de l’intertextualité, de l’identité, de la migration, de l’inter-culturalité et de l’intégration. (Pour plus d’information, voir son siteweb personnel : http://www.niwese.com/).

12 h 15 (30 minutes)
Pratique d’évaluation des apprentissages en éveil scientifique au préscolaire
BEAUSET, Romain; COPPEE, Audrey; DUROISIN, Natacha
Communication orale
Une des méthodes utilisées pour évaluer les apprentissages en maternelle réside dans l’analyse de productions (dessins…) des élèves (Laloux, 2013). Toutefois, cette méthode semble avoir des limites, comme l’existence de difficultés graphiques pour l’apprenant (Groupe Maternelle DSDEN08, 2017). Dès lors se pose la question d’autres méthodes à utiliser pour s’assurer des prérequis et des acquis au terme de l’apprentissage. Après nous être interrogés sur la manière d’évaluer l’apprentissage à la maternelle, nous présentons une pratique d’évaluation expérimentée auprès d’élèves de M2 et M3 en éveil scientifique. À travers une réflexion conjointe menée avec 29 enseignants en formation initiale (3e Bachelier), une pratique d’évaluation a été élaborée puis expérimentée auprès de 210 apprenants de maternelle. Celle-ci est organisée avant et après des séquences d’enseignement-apprentissage sous forme de courtes interactions individuelles menées par le futur enseignant, outillé d’un organigramme. Cette pratique permet d’identifier l’évolution des acquis des élèves de ce niveau, notamment à des fins de réflexivité chez les futurs enseignants. Nous décrirons la pratique élaborée en partenariat avec les futurs enseignants et présenterons les résultats obtenus par les élèves de maternelle au niveau des apprentissages scientifiques réalisés.
Auteurs :
Romain Beauset
Université de Mons - Belgique

Audrey Coppee
HEPH Condorcet - Belgique

Natacha Duroisin
Université de Mons - Belgique

Séance D404 : Formation initiale et continue

 Salle Tadjouri 2
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
La formation initiale et continue des enseignants de FLE en Algérie : réforme ou statu quo?
GUENDOUZ-BENAMMAR, Naima; FERHANI, Fatma-Fatiha
Communication orale
Les bouleversements actuels que connaissent les modes de formation des enseignants n’épargnent pas l’Algérie. De ce fait, les écoles normales supérieures (ENS) doivent repenser leurs plans de formation. En ce qui concerne la formation des enseignants de FLE, elle doit s’inscrire dans une perspective de formation permanente, non circonscrite dans le temps et dans l’espace clos de l’ENS. En effet, les basculements de systèmes et de modèles sont justifiés par les difficultés inhérentes à l’évolution de systèmes par définition conservateurs. La sphère francophone évolue dans le Cadre européen commun de référence pour les langues préconisant de nouvelles formules d’enseignement/apprentissage notamment du FLE. Le statut du français en Algérie, première langue étrangère, reste mitigé entre l’étrangeté et le besoin réel. Nous envisageons de croiser les regards complémentaires d’une professeure à l’ENS d’Oran et d’une enseignante à l’université de la formation continue d’Alger. Notre intention est d’abord de présenter la formation des enseignants de FLE dans les ENS en Algérie. Ensuite, nous nous intéresserons à la culture du recrutement selon le besoin et le profil de formation à replacer dans leurs propres contextes. Enfin, nous proposerons des pistes pour la formation continue et en cours d’emploi pour ces futurs enseignants.
Auteurs :
Naima Guendouz-Benammar
Ecole Normale Supérieure Oran - Algérie

Pr. Naima Guendouz-Benammar, enseignante-chercheure en sciences du langage option didactique du français langue étrangère, est aussi formatrice à l'Ecole Normale Supérieure d’Oran depuis 2000. Elle s’est toujours intéressée à la problématique de l’évaluation certificative, notamment celle du baccalauréat. En plus, ses publications dans des revues scientifiques nationales et internationales traitent de thèmes qui gravitent autour de l’ingénierie de la formation, la didactique de l’écrit et de l’oral et de l’évaluation des apprentissages. Son parcours académique et professionnel lui a permis d’évoluer sur le terrain et dans des laboratoires de recherche. Responsable d’une équipe de recherche au laboratoire LANADIF depuis 2010, membre au laboratoire LAFRAMA depuis 2011, elle est actuellement directrice de recherche, chercheure associée et porteur de projets au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran (CRASC) depuis 2013.

Fatma-Fatiha Ferhani
Université de la Formation continue d'Alger - Algérie

Enseignante-chercheure en didactique du FLE/FOS à l'Université de la formation continue d'Alger. Grade maître de conférences/ HDR. Membre du LISODIP ( Alger), du RSF, du CRASC ( Oran) et chef d’équipe de recherche en ingénierie pédagogique au Laboratoire de l’UFC e-mail : ferhani@ufc.dz

11 h 15 (30 minutes)
Le français de spécialité dans l’enseignement supérieur : le cas de la licence professionnelle
LAHCENE, Louisa; KAIL, Fatiha
Communication orale
Les exigences académiques actuelles devraient répondre aux besoins générés par le contexte socioéconomique. Ainsi, tout enseignement prendra en compte l’objectif professionnel visé. Le formateur ne se limite plus à l’enseignement du français général, mais se trouve contraint de mutualiser les différents enseignements tels que le français sur objectifs spécifiques (FOS), le français sur objectifs universitaires et le français langue étrangère. Cette communication a pour objectif principal la réflexion sur l’élaboration des programmes de français destinés aux étudiants de licence professionnalisante, et ce, sur la base de documents authentiques dans un contexte professionnel bien défini. On s’interroge alors sur les procédés par lesquels s’analysent les éléments qui découlent des besoins exprimés par les apprenants non seulement en milieu universitaire, mais aussi en milieu professionnel. Quels sont les facteurs et les moyens qui optimiseraient l’enseignement du français en tant que langue de spécialité? L’ingénierie de formation pour l’enseignement du français de spécialité se conçoit principalement avec des objectifs adaptés au contexte dans lequel s’opèrent les pratiques langagières des apprenants tout en ayant comme objectif une perspective actionnelle se concrétisant par des situations langagières et scripturales. L’enseignement d’une langue de spécialité vise à rendre essentiellement l’apprenant opérationnel dans des situations de communication professionnelle.
Auteurs :
Louisa Lahcene
Université Oran 1 - Algérie

Louisa Lahcene est maitre assistante à l'université Oran1, Oran, Algérie. Elle a enseigné la langue française pendant 20 ans. Ses domaines de recherche sont la didactique et la science des textes littéraires. Elle est actuellement directrice adjointe chargée de la pédagogie de l'Institut des sciences et techniques appliquées (ISTA) et ensegnante de français au sein du meme institut.

Fatiha Kail
I.S.T.A - Université Oran 1 - Algérie

11 h 45 (30 minutes)
La formation des enseignants de français à l’École normale supérieure d’Alger : une formation professionnalisante?
BELGHEDDOUCHE, Assia
Communication orale
En Algérie, les enseignants de français sont essentiellement recrutés par concours : les diplômés en langue française ou en traduction qui ont réussi les épreuves du concours peuvent prétendre à un poste en tant qu’enseignants dans l’un des trois cycles scolaires (primaire, moyen ou secondaire). Ces diplômés ont une formation qui ne les prépare pas spécialement au métier d’enseignant contrairement aux diplômés des écoles normales supérieures (ENS), qui sont tous destinés à l’enseignement. Nous nous demandons cependant si les formations des ENS sont réellement différentes de celles des autres universités et si elles permettent vraiment l’accès à cette professionnalisation tant revendiquée par ces écoles. Dans cette communication, nous nous pencherons sur le cas de l’ENS de Bouzaréah qui présente deux formations distinctes : une destinée aux futurs enseignants du primaire et une autre aux futurs enseignants des cycles moyen et secondaire. Notre objectif est de déceler le degré de professionnalisation dans ces deux formations et de les comparer aux formations offertes dans les universités. Nous proposons donc de comparer les contenus de formations de l’ENS de Bouzaréah à ceux de l’université d’Alger 2 pour mettre le doigt sur la présence ou l’absence du caractère professionnalisant dans ces formations.
Auteurs :
Assia Belgheddouche
ENS de Bouzaréah - Algérie

Assia BELGHEDDOUCHE est chercheure en Sciences du langage option didactique des langues étrangères, titulaire d'un doctorat de l'université Montpellier III (Laboratoire DIPRALANG), Maître de conférences habilitée à diriger des recherches en Sciences du langage et en didactique des langues, chef d’une équipe de recherche au sein du laboratoire Linguistique et Sociodidactique du Plurilinguisme (LISODIP) à l’ENS de Bouzaréah.

12 h 15 (30 minutes)
La formation continue des enseignants de français face au caractère massif des études supérieures selon l’exemple de l’enseignement supérieur en Pologne et en Europe
DZIEWULAK, Dobromir
Communication orale
La fréquentation scolaire obligatoire jusqu’à 18 ans, la gratuité de l’éducation nationale, la croissance des aspirations éducatives ainsi que les attentes du marché du travail relatives au diplôme d’études supérieures ont provoqué en Europe à la charnière des XXe et XXIe siècles l’effet d’accessibilité massive à l’enseignement supérieur. En Pologne, on observe une situation analogue. Le taux de scolarisation au niveau des études supérieures est passé de 13 % en 1990-1991 à presque 56 % en 2018-2019. Un étudiant-futur enseignant de français faisant partie de la masse n’est plus un étudiant-futur enseignant sélectionné, élitiste, assoiffé de savoir, mais c’est en général un demandeur d’une éducation concentrée sur l’appropriation d’un ensemble de connaissances et d’informations permettant d’acquérir rapidement et d’une manière efficace les compétences données censées permettre de réussir à l’examen suivant. Il n’est donc guère étonnant que la didactique universitaire doive relever un nouveau défi, inconnu jusque-là dans l’enseignement supérieur, de recherche de solutions didactiques susceptibles d’aider le processus de formation continue d’un futur enseignant « de masse ».
Auteurs :
Dobromir Dziewulak
Université de Varsovie - Pologne

Séance D405 : Approche par compétences

 Salle Talahit 1
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
Identification des compétences professionnelles chez les étudiants en STAPS en vue de leur insertion professionnelle
BELKADI, Adel; SEBBANE, Mohammed
Communication orale
La compétence d’un éducateur est l’ensemble des savoirs, des savoir-être et des savoir-faire (Bruant, 1989) pour « l’identification d’une tâche-problème et sa résolution par une action efficace (performance) » (Gillet, 2005). En effet, un « bon » éducateur dans le domaine du sport est celui qui est avant tout reconnu comme tel par ses pairs, ses athlètes et ses dirigeants (acteurs du système sportif). Cela dit, quelle représentation ces derniers donnent-ils aux compétences professionnelles attendues chez les encadreurs sportifs? Le but de cette modeste étude est de contribuer, d’une part, à l’identification des compétences requises (implicites et explicites), représentées par ces différents acteurs, afin d’élaborer un référentiel de compétences spécifiques à l’encadreur de judo. Il en ressort que les encadreurs sportifs et leurs athlètes ont les mêmes représentations des compétences techniques et pédagogiques. En revanche, une divergence de représentations relative aux compétences organisationnelles et managériales a été révélée.
Auteurs :
Adel Belkadi
Université de Mostaganem - Algérie

Belkadi Adel, jeune enseignant chercheur dans le domaine des sciences et techniques des activités physiques et sportives (staps) est actuellement membre du laboratoire optimisation des programmes en activité physique adaptée à l'institut d'éducation physique et sportive de l'Université de Mostaganem (Algérie). Ses centres d'intérêt multiples lui permettent d'explorer différentes thématiques tels l'apport des TIC dans l'entraînement sportif ou la conception d'un référentiel de compétences professionnelles pour les sportifs.

Mohammed Sebbane
Université de Mostaganem - Algérie

Enseignant chercheur au laboratoire des sciences appliquées au mouvement humain à l'institut d'éducation physique et sportive à l'Université de Mostaganem (Algérie). La mission de ce laboratoire est de former les futurs formateurs dans le domaine du sport qui seront les encadreurs des activités sportives dans divers secteurs de la société tels que l'éducation, les fédérations sportifs et les associations pour la promotion du sport et de la santé. On y explore différentes thématiques de recherche afin de répondre aux exigences toujours croissante de la société .

11 h 15 (30 minutes)
Les compétences des alumnis de l’ISTA face aux enjeux du marché du travail
MEZILI, Imad; BELKADI, Lina Jihane
Communication orale
Dans une économie en pleine mutation où tout s’accélère, la priorité de l’entreprise est de recruter, gérer et fidéliser des candidats compétents et motivés. Cela nous conduit à soulever la question de la formation scientifique. En effet, l’université est censée fournir des connaissances, des compétences et de l’expertise aux étudiants afin de leur permettre d’accéder avec succès au marché du travail et de gérer ses changements. Le rôle de l’université est de former des ressources humaines de qualité et aptes à intégrer le marché du travail après l’obtention du diplôme. Les étudiants universitaires sont la plus importante catégorie socioprofessionnelle qui aspire à rejoindre le monde du travail à la fin de leur cursus afin d’appliquer leurs diverses connaissances et expériences acquises dans le domaine. Cela pousse l’université algérienne à s’adapter aux besoins réels du marché de travail en termes de ressources humaines sur les plans tant quantitatif que qualitatif. Il faut donc une pédagogie innovante, un soutien et un accompagnement constructif pour les étudiants. Quel est le degré de compatibilité des services d’enseignement offerts à l’ISTA de l’Université d’Oran 1 avec le marché du travail? Nous tenterons de répondre à cette question.
Auteurs :
Imad Mezili
Université Oran 1 - Algérie

Lina Jihane Belkadi
Université Oran 1 - Algérie

11 h 45 (30 minutes)
L’approche par compétences en contexte éducatif tunisien : vision d’instituteurs de l’enseignement de base
ELHARBAOUI, Elassaad; MATOUSSI, Fathi; BEN-ATTIA, Mossadok; MRABET LEKITI, Farida
Communication orale
Nous présentons dans cette contribution la vision de 20 instituteurs de l’enseignement de base de la région du Grand Tunis relative à l’efficacité de l’approche par compétences (APC) adoptée dans le programme officiel. Nous avons mobilisé la technique du groupe nominal. Après la présentation de toutes les réponses, chaque enseignant choisit cinq propositions qu’il classe en ordre d’importance décroissant. Ensuite, pour chaque proposition, nous calculons le score (points) total correspondant. Les résultats obtenus révèlent l’efficacité de l’APC dans la construction des connaissances chez les apprenants et la résolution des problèmes d’apprentissage (20 points). Elle constitue d’une part un cadre éducatif stimulant la motivation des apprenants et ainsi leur engagement dans l’apprentissage (10 points) et facilite d’autre part les pratiques enseignantes axées sur l’autonomie d’apprentissage et la maîtrise de la discipline d’enseignement (22 points). Cependant, certains instituteurs éprouvent un besoin en formation continue sur les fondements théoriques de cette approche et son exploitation dans le contexte éducatif tunisien (53 points). Enfin, certains instituteurs se trouvent incapables d’exploiter cette approche vu sa complexité et son inadaptation aux besoins d’apprentissage (22 points) et étant donné le manque de supports didactiques appropriés fournis par les institutions (30 points).
Auteurs :
Elassaad Elharbaoui
ISET le Kef - Université de Jendouba - Tunisie

Docteur en sciences de l'éducation et membre de l'unité de recherche ECOTIDI/ISEFC Tunisie. Je suis aussi membre des associations AIPU section Tunisie et Educa...A. Actuellement enseignant des étudiants en licences appliquées en sciences de l'éducation à l'institut supérieur des études appliquées en humanités le kef.

Fathi Matoussi
Université Virtuelle de Tunis - ISEFC - Tunisie

Fathi Matoussi est Maître Assistant à l'Université Virtuelle de Tunis, Institut Supérieur de l'Education et de la Formation Continue "ISEFC".

Mossadok Ben-Attia
Faculté des sciences de Bizerte - Tunisie

Farida Mrabet Lekiti
Université de Constantine - Algérie

Professeur en sociologie à l'Université de Constantine

12 h 15 (30 minutes)
Évaluation par compétences en projets professionnels personnels et en projets tuteurés dans les spécialités techniques
AIT SI LARBI, El Yasmine; CHIALI, Selma
Communication orale
Les projets professionnels personnels et les projets tuteurés sont au centre des formations professionnelles qui mettent en avant les compétences pratiques et le savoir-faire des étudiants. Cette contribution résume les conclusions d’une première expérience au sein de l’Institut des sciences et techniques appliquées de l’Université Oran 1 Ahmed Ben Bella, en formations de licences. En premier lieu, l’évaluation des étudiants par compétences peut s’appliquer aux projets professionnels personnels. Cette évaluation concerne le savoir-faire technique en poussant les étudiants à se situer dans les organisations ou les entreprises disposées à les accueillir. Cela implique, entre autres, la préparation de fiches métiers. En second lieu, l’évaluation en projets tuteurés implique un suivi rigoureux de la part des tuteurs, en commençant par l’étude bibliographique jusqu’à la mise au point d’une proposition qui peut mener à une application concrète. Les enseignants tuteurs doivent jouer le rôle de superviseurs et éventuellement pousser les étudiants à utiliser des outils de gestion de projets tels que les diagrammes de Gantt pour maîtriser l’avancement des étapes des projets. Enfin, les tuteurs sont menés à se mettre dans une position d’apprenant en découvrant ou en redécouvrant les métiers liés aux spécialités des formations proposées.
Auteurs :
El Yasmine Ait Si Larbi
Université Oran 1 Ahmed Ben Bella - Algérie

AIT SI LARBI El Yasmine est maître de conférences au sein de l'université Oran 1 Ahmed Ben Bella. Ayant reçu une formation de graduation et de poste graduation en informatique, elle s'intéresse notamment au pilotage des systèmes distribués et à la modélisation de différents systèmes. La gestion de projets constitue également un de ses centres d'intérêt. La pédagogie et l'évaluation par compétences dans l'enseignement universitaire constituent aussi des axes de recherche auxquels elle s'intéresse.

Selma Chiali
ISTA - Université Oran 1 - Algérie

Selma Chiali est maitre de conférences à l'université Oran1, Oran, Algérie. Elle a obtenu son doctorat en physique à l'Université d'Oran en 1993. Elle a enseigné la physique et l'optique au département de physique pendant 35 ans. Elle est chercheuse principale au sein du groupe d'optométrie du laboratoire PCMME, à l'Université d'Oran1. Ses domaines de recherche sont l'optique et l'optométrie. En 2016, elle prend la direction de l'Institut des sciences et techniques appliquées (ISTA).

Séance D406 : Enjeux culturels et éducation

 Salle Talahit 2
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
La problématique de la culture dans l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère (FLE) en Algérie
MAZAR, Yamina; MANAA, Gaouaou
Communication orale
L’objet de cette communication est de réfléchir sur les enjeux du plurilinguisme et de l’enseignement interculturel dans le contexte actuel de l’Algérie et de répondre à cette question : quelle place pour la culture dans l’enseignement-apprentissage du français? La construction d’un savoir culturel est en fait une problématique ouverte, toujours incomplète, surtout si l’on tient compte des variétés socioculturelles. La richesse linguistique, tout comme la diversité culturelle, est un phénomène qui enrichit l’université algérienne. Il ne suffit pas de prendre appui sur une description scientifique des cultures des sociétés, ou des relations interculturelles, pour établir par simple extrapolation des pratiques d’enseignement appropriées. Toute démarche d’enseignement interculturel dépend du contexte d’enseignement dans lequel l’enseignant se trouve. C’est pourquoi nous devons nous concentrer sur l’enseignement des langues étrangères (l’exemple du FLE en Algérie) en tant que problématique culturelle et non pas simplement comme un outil de communication.
Auteurs :
Yamina Mazar
Université d'Adrar - Algérie

Maître de conférences en didactique de FLE

Gaouaou Manaa
Centre Universitaire BARIKA - Algérie

Professeur en didactique de FLE

11 h 15 (30 minutes)
La place de l’interculturel dans l’enseignement des langues en Algérie
CHIBANE, Rachid
Communication orale
Dans une étude menée sur la présence de la dimension culturelle dans l’enseignement/apprentissage des langues étrangères dans les manuels scolaires par Mokadem Khadija, une chercheure en didactique, cette dernière constate « une évacuation de la composante culturelle et civilisationnelle dans les manuels de français ». Dans cette communication, nous tenterons de revenir sur la perception de la notion de l’interculturel chez nos collègues enseignants des langues étrangères et de comprendre comment ils développent cette compétence chez les apprenants. Le but de cette contribution est d’examiner comment les enseignants en langues étrangères dans les écoles algériennes perçoivent la notion de « compétence interculturelle » et comment ils l’interprètent selon les définitions décrites dans le programme d’enseignement. Quels sont les procédés d’enseignement mis en œuvre afin de développer la compétence interculturelle chez les apprenants? Quelles sont les difficultés rencontrées par les enseignants face à l’enseignement interculturel dans certains établissements scolaires en Algérie?
Auteurs :
Rachid Chibane
Centre universitaire Tindouf - Algérie

Enseignant-chercheur au centre universitaire de Tindouf

11 h 45 (30 minutes)
La diversité linguistique et culturelle : une richesse pédagogique à l’école préscolaire marocaine
DAHANE, Ihsane
Communication orale
Le Maroc est un pays carrefour dont les interactions ont donné naissance à un vaste paysage linguistique et culturel, ce qui l’habilite à être une passerelle et un lieu de brassage de cultures et de civilisations. Cette société hybride comprend une variété énorme de régions : chacune d’entre elles s’approprie des coutumes, des traditions et des habitudes qui lui sont propres. Ce qui renforce cette diversité, c’est la vocation de l’école qui veille à décentrer l’enfant de lui-même et à l’ouvrir à d’autres perceptions du monde. L’école se pose comme un espace de transition, l’enfant sort de sa coquille familiale, vecteur incontournable de la transmission culturelle des modèles, des valeurs et des pratiques, et se confronte à une multiculturalité au sein de l’école à travers un bon nombre d’activités et de festivités des autres cultures et aussi par la relation intime qu’il tisse avec ses pairs. Notre recherche vise l’analyse des pratiques pédagogiques multiculturelles mises en place dans des écoles préscolaires dans la région amazighophone au Rif du Maroc à travers une grille d’évaluation inspirée du modèle théorique de James Banks comprenant trois dimensions, cinq indicateurs et trente-trois indices. L’objectif est de mettre en place une éducation multiculturelle normée et de qualité pour tous les enfants marocains.
Auteurs :
Ihsane Dahane
Fondation Marocaine pour la Promotion de l'enseignement préscolaire - Maroc

Chercheuse à la direction recherche et études à la Fondation marocaine pour la promotion de l’enseignement préscolaire et inscrite au Doctorat à la Faculté des sciences de l’éducation à Rabat, Maroc en analyse et évaluation des systèmes d’éducation et de formation qui traite du développement des fonctions exécutives des enfants de 3 à 5 ans vers un programme d’intervention. Je m’intéresse grandement aux stratégies d’apprentissage, à l’évaluation des acquis, au développement de l’enfant au préscolaire, à la pédagogie active au préscolaire et à l’intervention métacognitive. J’ai eu un master en éducation et insertion des jeunes et des enfants en situation difficile. Je suis impliquée dans plusieurs projets de recherche au Maroc en partenariat avec Arab Network for Early Childhood Development et le Centre régional pour la qualité et l'excellence de l'enseignement (Arabie Saoudite) UNESCO

12 h 15 (30 minutes)
Les outils nomades en classe de FLE : qu'en pensent les enseignants universitaires
REDJIMI, Sami
Communication orale
La société moderne actuelle est définie comme étant une société de l'information ayant pour paradigme économique et mondial une structure basée sur le savoir et la connaissance. Bien évidemment, information et technologie vont de pair. Cette dernière est utilisée justement afin de créer, modifier, disséminer, recevoir et analyser de l'information. Ipso facto, il n'y est pas aujourd'hui un domaine, un champ dans lequel les technologies n'ont pas fait leur introduction. L'enseignement/apprentissage en est un exemple (Cordina, Rambert, Oddou, 2017; Mangenot, Louveau, 2006 ; De margerie, Porcher, 1981 ; André, Bertrand, Schaffner, 2017). L'intégration des technologies à l'univers de la classe visait à développer des compétences transversales chez les apprenants et les amener à construire une culture du numérique. Nonobstant, en contexte algérien, l'incorporation des TIC reste, dans presque tous les domaines, très limitée et quasi inefficace (Bacha, Ben Abid-Zarrouk, Kadi, & Mabrour, 2016; Benabed, 2016; Ouhaibia, Shili, Benabed, & Kadi, 2016). A ce titre, nous nous sommes demandé si la notion d'apprentissage mobile ne pourrait être une éventuelle solution aux difficultés que rencontrent les TIC en Algérie, surtout vu la démocratisation massive des outils nomades. Dans notre communication, nous exposerons et analyserons les résultats d'une enquête par questionnaire adressé à des enseignants universitaires et visant à sonder leurs avis et usages quant aux technologies nomades en classe.
Auteurs :
Sami Redjimi
Université Badji Mokhtar-Annaba - Algérie

Doctorant en 2ème année LMD, spécialité didactique du FLE et plus particulièrement de la didactique de l'écrit. Sa recherche de master a porté sur les plus-value et les limites du logiciel d'aide à la rédaction "Scribplus" sur l'optimisation des compétences rédactionnelles des étudiants universitaires. Major de sa promotion de master 2 et premier au classement du concours de doctorat la même année (2017). Depuis lors, il ne cesse de vouloir faire évoluer son esprit et son raisonnement scientifiques.

Séance D407 : Innovations pédagogiques

 Salle Talahit 3
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
10 h 45 (30 minutes)
Usage de l’Internet en classe de FLE : apprentissage collaboratif de la langue et de la culture
GHIMOUZE, Manel
Communication orale
S’inscrivant dans le contexte scolaire algérien, notre recherche émane du constat fait sur l’utilisation des nouvelles technologies dans l’enseignement du français au secondaire. Des études ont montré que l’intégration des TIC à l’école est lente (difficultés liées à la formation des enseignants et aux problèmes financiers). Il en ressort qu’on élimine souvent toute possibilité de recourir aux TICE et plus particulièrement à Internet pour appuyer le cours au sein des établissements scolaires. Ce constat est à l’origine de notre recherche qui aspire à encourager les enseignants de français à exploiter les salles d’informatique accessibles dans tous les lycées pour donner aux apprenants des cours en ligne. Nous présentons ainsi les résultats d’une expérimentation qui a réuni enseignants et apprenants en vue de la réalisation des différentes tâches relatives aux projets pédagogiques proposés par le programme officiel de français. Il s’agit de la cyberenquête qui, grâce à sa démarche, permet aux apprenants de construire et de transférer des savoirs linguistiques et culturels.
Auteurs :
Manel Ghimouze
Université de Jijel - Algérie

Manel Ghimouze est maître de conférences HDR au département de français. Ayant soutenu sa thèse de doctorat intitulée : Enseignement /apprentissage du français: perspective actionnelle et intégration pédagogique des TICE au lycée en 2018, elle continue ses recherches en didactique des langues. Auteure de plusieurs articles sur les applications pédagogiques des TICE en classe de FLE.

11 h 15 (30 minutes)
Les outils de modélisation/simulation pour l’enseignement de l’informatique
LABED, Kaouter; KHENSOUS, Ghania
Communication orale
La modélisation et la simulation par ordinateur sont considérées comme une technique puissante dans différents domaines de l’enseignement scientifique et technologique tels que les mathématiques, la physique et la chimie. L’enseignement des sciences informatiques utilise à son tour des outils de simulation informatique pour aider les étudiants à élaborer de nombreux sujets complexes en informatique et en ingénierie. Aussi, ces outils offrent de meilleures solutions pour améliorer les compétences pratiques des étudiants. La présente communication permet de survoler quelques exemples de cours informatiques utilisant les outils de modélisation et la simulation, notamment l’architecture des ordinateurs, des bases de données et des réseaux. Un intérêt particulier est donné aux fonctions informatiques qui ne peuvent pas facilement être observées dans les laboratoires traditionnels.
Auteurs :
Kaouter Labed
Ecole Normale Supérieure d'Oran - Algérie

Kaouthe LABED received the Engineer degree in Computer Science from the University of Mohamed Boudiaf in 2003 and the Magister Degree in “Computer Science and Automatic” from the University of Senia in Algeria in 2007 and the Doctrate degree in Computer Science from the University of Mohamed Boudiaf in 2018. . She is currently teacher in Ecole Normale Superieure of Oran. Her research interests include multicriteria analysis, image processing, bio-inspired algorithms, optimization algorithms and classification algorithms develoaped for remotely sensed data.

Ghania Khensous
École normale supérieure d'Oran - Algérie

Ghania KHENSSOUS received Doctrate degree in Computer Science from the University of Mohamed Boudiaf in 2018. She is currently teacher in Ecole Normale Superieure of Oran. Her research interests include bio-inspired algorithms, optimization algorithms and bio-informatic.

11 h 45 (30 minutes)
Le cours démonstratif et la boite à idées : les pratiques pédagogiques de l’ISTA
ILES, Nadia
Communication orale
Cette présentation touche l’aspect pédagogique du passage du savoir acquis par l’étudiant durant le cours, au savoir-faire qui en découle. À travers des cours démonstratifs d’expériences de physique suivis d’exercices pratiques, l’apprenant est amené à utiliser les bases théoriques apprises pour répondre à des questions de la vie courante comme : quelle est la force appliquée sur un stylo à bille ? À quelle vitesse tourne la terre en un lieu donné ? Pour aborder ce genre de questions, l’étudiant dispose d’une boite à idées qui contient un ensemble d’objets (ressort, masse, papier millimétrique, rapporteur, bâtonnets …) qui vont lui permettre de mettre en œuvre l’expérience physique nécessaire pour arriver à trouver la réponse à chaque question posée. Cette approche pédagogique a été appliquée durant les cours de métrologie II de deuxième année de licence « mesures physiques et optométrie » durant l’année 2018-2019. L’expérience s’est avérée très fructueuse pour augmenter l’attention et l’intérêt des étudiants à cette matière.
Auteurs :
Nadia Iles
ISTA, Université Oran 1 - Algérie

12 h 15 (30 minutes)
Problèmes de traduction anglais-français pour les étudiants d’anglais/informatique
KHENSOUS, Ghania; LABED, Kaouter
Communication orale
Cette étude porte sur les difficultés de traduction de l’anglais vers le français rencontrées par les étudiants d’anglais et les étudiants d’informatique. Quelles sont donc les difficultés techniques et linguistiques de la traduction rencontrées respectivement par les deux classes d’étudiants? La première hypothèse de cette expérience est que les étudiants du Département d’anglais rencontrent des problèmes techniques, en particulier en termes de traduction purement spécifique au domaine de l’informatique. Comme seconde hypothèse, on s’attend à ce que les étudiants d’informatique fassent des erreurs lexicales ou grammaticales. Pour vérifier ces hypothèses, nous avons choisi un texte contenant quelques mots techniques dans le domaine d’informatique ainsi que quelques difficultés grammaticales. Ce texte sera traduit par les étudiants d’anglais de l’Université Oran 1 ainsi que des étudiants en informatique de l’Université USTO-MB afin d’analyser et d’interpréter les erreurs commises. L’analyse des traductions faites confirme les hypothèses données. Une bonne traduction exige des connaissances dans les deux langues (anglais et français) ainsi que dans le domaine technique.
Auteurs :
Ghania Khensous
École normale supérieure d'Oran - Algérie

Ghania KHENSSOUS received Doctrate degree in Computer Science from the University of Mohamed Boudiaf in 2018. She is currently teacher in Ecole Normale Superieure of Oran. Her research interests include bio-inspired algorithms, optimization algorithms and bio-informatic.

Kaouter Labed
Ecole Normale Supérieure d'Oran - Algérie

Kaouthe LABED received the Engineer degree in Computer Science from the University of Mohamed Boudiaf in 2003 and the Magister Degree in “Computer Science and Automatic” from the University of Senia in Algeria in 2007 and the Doctrate degree in Computer Science from the University of Mohamed Boudiaf in 2018. . She is currently teacher in Ecole Normale Superieure of Oran. Her research interests include multicriteria analysis, image processing, bio-inspired algorithms, optimization algorithms and classification algorithms develoaped for remotely sensed data.

14 h 05 à 14 h 50
Conférence principale

Séance D501 : Conférence principale

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
14 h 05 (45 minutes)
De l'éducation inclusive à la participation effective
BOURDON, Patrice
Conférence principale / d'ouverture
A travers le monde, des projets d'éducation inclusive voient régulièrement le jour et l'inclusion scolaire est confortée par les politiques éducatives. Nous savons aussi qu'au-delà du lexique qui changent selon les périodes, les pratiques inclusives évoluent différemment selon les pays. Par ailleurs, le public auquel elles s'adressent, restent principalement celui en situation de handicap. Les grandes organisations internationales, dont l'ONU, soutiennent cette approche inclusive par un certain nombre de déclarations et de conférences mondiales qui sont autant d'engagements mais aussi d'injonctions à mettre en œuvre l'éducation inclusive. A ce jour la déclaration d'Inchéon se positionne très clairement pour « assurer à tous une éducation équitable, inclusive et de qualité .. » et c'est bien à tous et toutes qu'il s'agit de donner « des possibilités d'apprentissage tout au long de la vie » et donc à tous ceux et celles qui sont les plus en marge des systèmes éducatifs réguliers. Qu'en est-il de la participation effective aux activités de la cité, de l'école, de la culture.. ? De qui, de quoi parle t-on lorsque l'on s'intéresse aux besoins éducatifs particuliers ? Peut-on faire usage du même lexique selon les pays et les approches culturelles différentes ?
Auteurs :
Patrice Bourdon
Université de Nantes / INSPé - CREN EA 2661 - France

Patrice Bourdon est maître de conférences en sciences de l'éducation - Ph.D. à l'université de Nantes (France). Il enseigne à l'institut supérieur du professorat et de l'éducation (INSPé) . Il est chercheur titulaire au Centre de Recherche en Education de Nantes ( CREN EA 2661). Ses travaux portent sur la scolarisation inclusive et sur l'usage du numérique chez les personnes avec autisme.

15 h à 16 h 30
Conférences thématiques

Séance D601 : Numérique éducatif

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
15 h 00 (30 minutes)
Accompagner le quotidien et proposer du choix à des enfants avec autisme à l’aide d’un outil numérique de planification
MERCIER, Cendrine
Communication orale
Dans le cadre du projet çATED, une application a été développée afin de proposer un agenda numérique avec des pictogrammes ou des photos (modifiables en fonction des besoins) et une minuterie visuelle aux personnes avec autisme. Cet outil téléchargeable sur tablette tactile peut être utilisé par l’enfant dans tous ses lieux de vie (structure spécialisée, école, maison, etc.). La plupart des enfants avec autisme expriment physiquement certaines angoisses liées à l’organisation de leur quotidien (Gepner, 2006). Les comportements indésirables, perturbateurs et difficiles sont les principaux problèmes des personnes avec autisme de types modérés ou graves. Ces comportements peuvent être un frein dans différentes situations et notamment celles à visée d’apprentissage. Nous avons suivi et filmé (1 fois par semaine), au cours d’une année, 6 enfants (non verbaux) âgées de 6 à 12 ans accueillies en structure spécialisée. Notre problématique est la suivante : de quelles façons l’utilisation d’un agenda numérique, auprès des enfants avec autisme, permet-elle de réduire l’apparition des comportements-défis et de favoriser leur bien-être au quotidien et dans tous les lieux de vie? L’idée est d’identifier les facteurs permettant de réduire les comportements-défis, ainsi que la surcharge émotionnelle et d’augmenter le bien-être tout en apportant un cadre rassurant et sécurisant pour l’enfant grâce à l’agenda numérique.
Auteurs :
Cendrine Mercier
ESPE académie de Nantes, Site de Le Mans - France

Cendrine MERCIER Maître de conférences - Ph.D. en Sciences de l'Education Psychologue clinicienne Université de Nantes Institut National Supérieur du Professorat et de l'Education (Inspé) académie de Nantes, site de Le Mans Laboratoire du Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN - EA 2661) Numéro de téléphone : +33 6 31 31 48 04 (France) Twitter : @cencenmercier - https://twitter.com/CencenMercier Linkendin : https://www.linkedin.com/in/cendrine-mercier-phd-61a19a97/ ResarchGate : https://www.researchgate.net/profile/Mercier_Cendrine Site internet : Numérique éducatif - https://cendrinemercier.wixsite.com/tice-pedagogies

15 h 30 (30 minutes)
Sacs à dos numériques basés sur des séquences didactiques pour l’apprentissage par compétences
BOCCOLINI, Bibiana
Communication orale
L’apprentissage par séquence didactique est une stratégie méthodologique de médiation qui favorise l’acquisition de compétences, développe la pensée critique et créative et améliore la motivation des étudiants. Dans l’approche par compétences, l’enseignant assume le rôle de facilitateur d’apprentissage et s’occupe de stimuler la construction du savoir. Pour cela, il sélectionne, crée et organise des séquences didactiques pour promouvoir le processus éducatif. Pendant que l’apprentissage est en cours, il est chargé de vérifier si l’étudiant atteint les objectifs et apprend le contenu proposé dans le programme. L’étudiant est le protagoniste de l’apprentissage et lors de l’exécution des séquences, il acquiert les compétences attendues. Les séquences didactiques sont intégrées dans le sac à dos numérique de l’étudiant, sont implémentées dans une plateforme virtuelle et sont utilisées dans un environnement où les TIC jouent un rôle de médiation dans l’apprentissage, bien que la classe soit présentielle. La plateforme facilite le travail collaboratif et individuel, rassemble les évidences d’apprentissage et fournit des outils d’évaluation pour la vérification d’acquisition des compétences. Cette intervention contient des orientations pour la planification, la conception et la mise en œuvre de séquences d’apprentissage pour l’école secondaire selon l’approche par compétences.
Auteurs :
Bibiana Boccolini
ASAEC - Asociación Argentina de Estudios Canadiense - Argentine

- Analyste Universitaire de Systèmes (UNR) - Especialista Universitaria en Asesoramiento Didáctico e Intervención Educativa (UNED) - Megister Informática Educativa (UTEM) - Professeur de Master en Éducation (UNR) - Consultante d’Education Supérieure pour le Ministère d’Education de la Province de Santa Fe (ME Sta Fe) - Coordinatrice de la Formation Initiale pour des Professeurs d’Éducation Technique (ME Sta Fe) - Coordinatrice du Projet AULAS LIBRES (Projet pour la diffusion et utilisation du logiciel libre dans le domaine éducatif) - Directrice Associée d'ASAEC (Asociación Argentina de Estudios Canadiense) - Boursière du Gouvernement Canadien (dès 2009), comme investigatrice du Modèle Pédagogique de l’Education à Distance et du Télétravail qui s’applique dans ce pays.

16 h 00 (30 minutes)
Les dispositifs numériques d’apprentissage de partage et de travail collaboratif
BOURROUBEY, Soraya
Communication orale
L’accès de plus en plus facile aux instruments éducatifs et la diversité des dispositifs d’apprentissage offrent une multitude de choix aussi bien à l’enseignant qu’aux apprenants en matière de contenus et d’instruments, favorisant de ce fait le travail collaboratif et le partage. Ainsi, l’objet de notre communication sera centré sur le travail collaboratif et le partage à l’ère du numérique. Dans un premier temps, nous essayerons d’appréhender la notion du travail en groupe et celle de la collaboration. Nous tenterons ensuite de définir le processus de l’apprentissage collaboratif ainsi que ses caractéristiques. Enfin, nous présenterons les différents dispositifs que nous pouvons mettre en place avec le numérique, en précisant leurs atouts et leurs limites, en donnant des éléments concrets et utiles à leur mise en œuvre.
Auteurs :
Soraya Bourroubey
Université Oran 2 - Algérie

Maître de Conférences (A) à la Faculté des sciences Economiques Commerciales et des sciences de Gestion. Université Oran 2. Ses axes de recherche comprennent les TIC, la communication et les médias, l'économie de l’information et de la communication, le e-Marketing, le marketing de l’innovation et les apprentissages numériques.

Séance D602 : Innovations pédagogiques

 Amphithéâtre Tadjouri
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
15 h 00 (30 minutes)
Innovation des pratiques pédagogiques : étude comparative du dispositif de l’exposé et du curriQvideo dans l’enseignement/apprentissage au supérieur
SOLTANI, Souhila; FALLER, Christine
Communication orale
Les modèles de dispositifs de formation se sont vus remaniés pour répondre au développement socioculturel et professionnel. Le rôle de l’ingénierie pédagogique est de revoir les compétences selon le mouvement perpétuel et universel des formations, qui se concrétise par l’évolution des pratiques enseignantes et s’affirme par la reprise des modèles de formations antécédents, mais aussi par des réflexions et des actions d’innovation sur le plan méthodologique et actionnel. Dans une étude sur les activités pédagogiques de l’exposé (Soltani, 2018), nous avons obtenu des résultats quant à l’organisation des pratiques communicationnelles qui s’y déploient. Néanmoins, nous avons réfléchi par la suite à l’amélioration de ces pratiques et à l’innovation par l’introduction des TIC au niveau du supérieur. Nous avons mené une expérimentation (en coopération entre l’ENS d’Oran et l’ESPE de Nice) sur un dispositif pédagogique innovant, « le curriQvideo », qui vise des compétences en adéquation avec les besoins actuels et qui permet de la sorte d’introduire les TIC pour un niveau satisfaisant en concordance avec les projets pédagogiques et socialisants des apprenants. Les résultats nous ont permis de faire une étude comparative pour distinguer l’évolution des compétences langagières et transversales ainsi que l’apport et les difficultés rencontrées.
Auteurs :
Souhila Soltani
École Normale Supérieure d'Oran (ENSO) - Algérie

Maître de conférence en didactique du français langue étrangère à l'ENSO. HDR obtenue en 2019.

Christine Faller
Université de Nice Côte d'Azur - France

Christine Faller est professeure agrégée et docteure en histoire. Elle enseigne la didactique en Master enseignement éducation et formation (EEF) à l’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation (INSPE) de l’université de Nice. Elle est associée au laboratoire innovation et numérique pour l’éducation de Nice (LINE). En 2005, elle a mis en place un dispositif citoyen spécifique, « les classes défense et sécurité globales » (CDSG) dans lesquelles a été développée une approche interdisciplinaire fondée sur une pédagogie action. Après une période d’expérimentation nationale, ce dispositif est actuellement installé dans plus de 300 établissements en France. Depuis trois ans, elle mène, en interdisciplinarité et en télécollaboration universitaire plusieurs projets dont le curriQvidéo et la correspondance de néo professeurs accompagnés de leurs élèves entre plusieurs pays.

15 h 30 (30 minutes)
La pédagogie entrepreneuriale comme moyen d’innovation et de transfert des compétences
DIF, Aicha; MAHIDA, Hanane; BENZIANE, Abdelbaki
Communication orale
Cette communication présente les résultats d’une recherche portant sur le rôle de la pédagogie entrepreneuriale dans le développement de l’intention entrepreneuriale et le transfert des compétences lors des stages. Des étudiants ont participé à des entrevues semi-dirigées au cours desquelles ils ont témoigné des compétences qu’ils ont transférées et des défis qu’ils ont rencontrés lors de ce processus. De plus, nous porterons une attention particulière à la contribution du stage à leur formation professionnelle de même qu’à l’impact de la formation de sensibilisation à l’entrepreneuriat sur ce transfert des compétences.
Auteurs :
Aicha Dif
Université Oran 1 Ahmed Ben Bella ISTA - Algérie

Maitre de conférences à l'ISTA de l'Université Oran 1 Ahmed Benbella, membre du laboratoire de recherche sur les économies euromeditérraneennes (LAREEM).

Hanane Mahida
Université Oran 1 - Algérie

Abdelbaki Benziane
Université Oran 2 - Algérie

Le Pr Abdelbaki BENZIANE est recteur de l'Université Oran 1 Ahmed Benbella et président de la Conférence régionale des universités de l'Ouest. Il est également directeur du Laboratoire de recherche sur les économies euromeditérraneennes (LAREEM)

16 h 00 (30 minutes)
Formation en alternance : le cas du premier cycle du secondaire technique industriel au Cameroun
NKAMGNIA, Victorien
Communication orale
La formation en alternance est l’innovation majeure apportée par l’approche par compétences, cadre de référence pour la rédaction des référentiels de formation au Cameroun. La formation duale permettant de combiner à la fois un enseignement théorique et une expérience professionnelle, notre objectif est de nous interroger sur la mise en œuvre de ladite dualité en situation d’effectif pléthorique. Pour ce faire, nous avons exploité les rapports de mission effectuée dans les différentes régions du Cameroun par des équipes d’inspecteurs nationaux de pédagogie, pour ce qui concerne les élèves de la classe de 4e année du premier cycle des techniques industrielles. Nous avons utilisé des tableurs pour compiler et analyser les données. Ainsi, pour un rythme de 17 semaines dans leurs établissements contre 5 dans les structures d’accueil, 45 % des apprenants sont placés en externe en stage dans des entreprises et structures assimilées et 55 % des élèves sont des pensionnaires des ateliers de travaux pratiques de leur établissement, transformés en mini-incubateurs pour la circonstance. En conclusion, stages en entreprise et mini-incubateurs des établissements scolaires constituent les lieux d’expérience de travail pour ce qui est de la formation en alternance au premier cycle des techniques industrielles.
Auteurs :
Victorien Nkamgnia
Université de Cergy Pontoise - Cameroun

Séance D603 : Formation initiale et continue

 Salle Tadjouri 1
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
15 h 00 (30 minutes)
Peut-on former les enseignants au bonheur?
MABILON-BONFILS, Béatrice; JAILLET, Alain; JEANNIN, Laurent; BECOULET, Nathalie
Communication orale
La communication propose de travailler théoriquement la question du bonheur à l’école et de poser une opérationnalisation possible : les ingénieries du bonheur comme modalité de formation des professeurs. Il s’agit d’examiner les cadres organisationnels qui peuvent offrir des conditions de bien-être acceptables par les organisations d’éducation et de formation. Ces outils visent à tester les conditions de réalisation du bonheur pour en donner une intelligibilité. La problématique de recherche, articulant de manière inédite objets de recherche et problématiques d’ingénierie autour des « procédés du bonheur » dans une démarche de rétroaction, est pensée autour de la puissance des sujets à investir les cadres, à les reconfigurer. C’est l’idée même d’une organisation apprenante, voire d’une société apprenante inclusive, qui est là en jeu à travers le bien-être et donc l’action. En quoi cette méthodologie inédite peut-elle être un moyen de former les professeurs, les CPE? Comment les savoirs de la recherche peuvent-ils être mobilisés? En quoi cette méthode permet-elle de repenser les modalités de la formation? Les illustrations empiriques seront nombreuses : archiscola, université des artistes, journée des petits bonheurs, bonheur des maths, labellisation des écoles du bonheur.
Auteurs :
Béatrice Mabilon-Bonfils
Université de Cergy Pontoise - Laboratoire BONHEURS - France

Alain Jaillet
Université de Cergy Pontoise - France

Laurent Jeannin
Université Cergy-Pontoise - France

Maitre de conférence en sciences de l'éducation et titulaire de la chaire de recherche Transition2 : Des espaces en transition à la transition des espaces éducatifs. Membre du laboratoire BONHEURS EA-7517 : Bien-être, Organisations, Numérique, Habitabilité, Education, Universalité, Relations, Savoirs - Université de Cergy Pontoise, Ens de Lyon / Institut Français de l'Éducation (IFE). Co-Directeur de la plateforme technique de recherche TechSoLab Twitter : @TechEduLab_Educ URL : http://www.transition2.space

Nathalie Becoulet
Rectorat de Besançon - France

15 h 30 (30 minutes)
Les pratiques collaboratives chez des enseignantes du primaire selon leur trajectoire de vie professionnelle
NADON, Martine
Communication orale
Au Québec, la réforme du système de l’éducation vers le début des années 2000 a amené la décentralisation des pouvoirs vers les établissements scolaires québécois, dont une part considérable de responsabilités et d’autonomie pour les directions d’école (MELS, 2009). Le mandat de celles-ci est d’inciter à travailler de façon collaborative (Archambault, Lapointe et Dumais, 2012; Lanaris et Dumouchel, 2015). Force est d’admettre qu’il existe un écart entre les prescriptions ministérielles de collaboration instaurées et les pratiques réelles vécues dans les milieux scolaires (Jacquet et Dagenais, 2010). Par le biais d’une étude multicas, ma recherche doctorale tente de comprendre le phénomène de la collaboration tel qu’il s’actualise dans les milieux scolaires québécois, notamment en examinant le sens donné aux pratiques collaboratives des enseignantes du primaire. En faisant ressortir les formes de pratiques collaboratives les plus efficientes pour les besoins de développement professionnel des enseignantes, cette recherche doctorale contribue à la réflexion sur les moyens à mettre en place afin d’inciter les enseignantes à s’investir davantage dans la coconstruction des connaissances qui offre un niveau élevé d’interdépendance et qui permet de développer une vision partagée dans le milieu scolaire.
Auteurs :
Martine Nadon
Université du Québec en Outaouais - Canada

Finissante au doctorat en éducation à l'Université du Québec en Outaouais (Canada, Québec), Martine Nadon a enseigné dans des classes du primaire avant d'être chargée de cours pour la formation initiale des enseignantes et des enseignants en éducation préscolaire et enseignement primaire. Elle s'intéresse particulièrement au développement professionnel des enseignant.e.s du primaire et aux pratiques collaboratives dans les milieux scolaires.

16 h 00 (30 minutes)
Travail collaboratif entre formateurs d’université et de haute école : former les futurs enseignants à et par la recherche
DUROISIN, Natacha; BEAUSET, Romain; THONET, Géraldine; COPPEE, Audrey
Communication orale
En Belgique francophone, la formation des enseignants est en pleine mutation depuis l’adoption du décret définissant la formation initiale des enseignants (FIE) (Décret FIE, 2019). Considérée comme l’un des plus importants leviers d’amélioration du système éducatif (Aupaix, 2018), la formation initiale des enseignants de maternelle, de primaire et du secondaire sera mastérisée (minimum 4 années), avec passage obligatoire par l’université. Dans ce contexte, les formateurs d’université et de haute école seront amenés à poursuivre ces objectifs afin de mieux outiller les futurs enseignants face à la complexité croissante du métier. Alors que l’entrée en vigueur de ce décret est prévue pour 2020-2021, nous, formateurs à l’université et à la haute école, menons depuis plusieurs années des expériences de collaboration avec des étudiants au master en sciences de l’éducation et des étudiants au bachelier en instituteur. L’objectif de cette communication est de rendre compte d’une des expériences de recherche menée entre futurs pédagogues, futurs enseignants de maternelle et leurs formateurs universitaires et de haute école en contexte de pré-réforme. Nous reviendrons sur la méthodologie de l’expérience, les avantages et limites de la recherche collaborative. Les éléments présentés permettront de tirer des informations sur les conditions de mises en œuvre de la réforme de la FIE.
Auteurs :
Natacha Duroisin
Université de Mons - Belgique

Romain Beauset
Université de Mons - Belgique

Géraldine Thonet
HEPH Condorcet - Belgique

Audrey Coppee
HEPH Condorcet - Belgique

Séance D604 : Éducation inclusive

 Salle Tadjouri 2
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
15 h 00 (30 minutes)
Les « nouvelles » problématiques éducatives : la transformation des systèmes éducatifs au prisme de ce qui pose problème à l’école, et de « ceux » qui lui causent des problèmes
MOIGNARD, Benjamin
Communication orale
Cette communication propose de rendre compte de la notion de « nouvelles » problématiques éducatives (NPE), à partir de laquelle nous interrogeons les formes de désignation, de diffusion et de publicisation d’un certain nombre de « problèmes » scolaires, dans l’espace public et auprès des professionnels du champ éducatif. Comment ces « problèmes » émergent-ils dans différents contextes nationaux (France, Brésil, Suisse, Belgique) et que disent-ils de la transformation des systèmes éducatifs et des formes contemporaines d’inclusion scolaire? Quelles formes de prise en charge pour quels objectifs? Quels élèves désignés comme « posant problème » et dans quelles conditions? Nous cherchons donc, à partir de l’étude de la mise en problème d’un certain nombre d’objets, de la désignation de « ceux » qui les produisent, et des mobilisations institutionnelles qu’ils justifient, à interroger les transformations des systèmes éducatifs contemporains et ce qu’elles disent des reconfigurations des conditions de l’inclusion scolaire. Cette présentation s’appuie sur plusieurs recherches financées menées sur les questions de violences et de cyberviolences à l’école (ANR IPOGEES), de décrochage scolaire (Projet ADHERE), et de développement de projets artistiques visant à réduire l’échec scolaire (Recherche PEGASE). Elles mêlent des méthodologies qualitatives et quantitatives, et s’inscrivent dans des démarches collaboratives.
Auteurs :
Benjamin Moignard
Université Cergy-Pontoise, EMA, OUIEP - France

Benjamin MOIGNARD est Professeur des Universités à l'université Cergy-Pontoise. Ses travaux portent sur les formes de productions, de désignation et d’encadrement des « nouvelles » problématiques éducatives et scolaires en France et à l’international, dans l'espace matériel et numérique. Ils interrogent la place et le rôle de l’école et des structures socio-éducatives dans la construction des inégalités sociales et scolaires en contexte, en considérant les modes et processus de scolarisation en lien avec les autres modes et processus de socialisation de la jeunesse, sur les territoires les plus sensibles. Il dirige actuellement plusieurs recherches collectives qui s'intéressent aux professionnalités éducatives et aux pratiques juvéniles, à partir de travaux sur les questions de violences à l'école, de décrochage scolaire, de cyberviolences et de conspirationnisme.

15 h 30 (30 minutes)
D’une société non inclusive à une école inclusive : former dans un monde plurilingue
BOUCHEBCHEB, Leila
Communication orale
Aujourd’hui, l’école est accusée d’incapacité à « intégrer » ses différentes populations à besoins spécifiques. La formation des enseignants est à nouveau mise en cause, prétexte à contester les formidables efforts développés depuis des années par les enseignants, les formateurs et les chercheurs des ENS et ceux aussi des universités. Or, la formation des formateurs dans un milieu plurilingue n’a jamais été aussi indispensable, à condition qu’elle ne s’enferme pas dans des problématiques internes, trop spécifiques, dépassées et réductrices. Toutefois, dans le domaine de l’apprentissage du FLE, fidèle à la tradition de langue étrangère, l’école ne parvient pas à répondre aux situations linguistiques de plus en plus complexes. Selon Bertucci et Corblin (2004), « un enseignement plus linguistique du français semble s’imposer », mais en interaction avec les autres langues vivantes, européennes, issues de l’immigration ou régionales et les autres cultures. Or, les recherches sur le rôle de la langue maternelle dans l’apprentissage, non pas d’une langue seconde, mais de l’apprentissage en langue seconde sont nécessaires et pourtant bien rares. Notre réflexion est de construire un cadre d’une didactique cognitive de l’apprentissage en contexte plurilingue pour un « nouveau design pédagogique » qui prendra en considération les élèves à besoins spécifiques.
Auteurs :
Leila Bouchebcheb
École Normale Supérieure de Constantine - Algérie

16 h 00 (30 minutes)
L’éducation inclusive comme projet de partenariat entre la famille et l’école
BESSAI, Rachid; IDIRI, Massinissa
Communication orale
Notre intervention s’inscrit dans le champ de la sociologie de l’éducation, une spécialité qui a toujours fait une place de choix dans ses études aux questions liées à l’éducation inclusive. Cette thématique a suscité un débat international par rapport à la politique de prise en charge des enfants en situation de handicap à l’école. Nous voulons étudier le rapport des familles ayant des enfants en situation de handicap à l’école pour tenter d’expliquer comment l’éducation inclusive serait possible, et comment la famille et l’école peuvent collaborer dans un projet d’éducation inclusive. Bref, une telle problématique nous invite actuellement à nous interroger par rapport à l’éducation inclusive dans les conditions de notre société algérienne : l’inclusion scolaire des enfants en situation de handicap, qui suscite de vrais espoirs auprès des parents, est-elle réalisable? Comment rendre le partenariat famille/école utile pour le projet de l’inclusion? Pour répondre à ces questions, nous avons mené notre enquête auprès de 20 familles ayant des enfants en situation de handicap (en réalisant des entretiens avec les parents d’élèves) et nous avons également observé leur scolarisation par intermédiaire des AVS (entretiens avec le personnel éducatif) dans plusieurs écoles à travers la wilaya de Bejaïa.
Auteurs :
Rachid Bessai
Université A. Mira - Bejaia - Algérie

Dr. BESSAI Rachid, maître de conférences en sociologie enseignant chercheur en sociologie de l'éducation, rapport famille/école, éducation inclusive auteurs de plusieurs articles et participation à plusieurs manifestations scientifiques en Algérie et à l'étranger

Massinissa Idiri
Université A. Mira Bejaia - Algérie

Séance D605 : Politiques et réformes éducatives

 Salle Talahit 1
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
15 h 00 (30 minutes)
Évolution des conceptions des enseignants du primaire des finalités éducatives en Côte d’Ivoire
IBO, Clémence; NGUESSAN, Kouamé; ABY OGAH FRANCOIS, Jean Claude
Communication orale
Les systèmes scolaires de la plupart des pays africains ont été, au cours de ces dernières décennies, profondément modifiés sous l’influence d’un certain nombre de phénomènes, dont la massification, la mondialisation… Les orientations curriculaires comme les savoirs à enseigner ont aussi subi des changements : pédagogie par objectifs (PPO), approche par compétences (APC), constructivisme, socioconstructivisme, etc. Face à ces orientations adoptées, de nombreuses voix se sont élevées dans différents pays pour les contester, sinon les dénoncer. La problématique des finalités éducatives est effectivement au centre des débats, car elle soulève de nombreux enjeux, dont la qualité de l’éducation, les modalités d’enseignement, la place des savoirs dans les curricula. Ces indicateurs des finalités éducatives constituent le fondement de l’action éducative scolaire. Dans ce contexte, cette communication, qui s’appuie sur un recueil de données issu d’un questionnaire soumis à 120 enseignants du primaire, s’interroge d’une part sur les conceptions qu’ont ces enseignants sur les missions d’éducation, d’acculturation, de socialisation et d’intégration des jeunes générations à la communauté nationale, et d’autre part sur leurs pratiques d’enseignement.
Auteurs :
Clémence Ibo
Université FELIX HOUPHOUET-BOIGNY de Cocody - Côte d'ivoire

Kouamé Nguessan
École Normale Supérieure (ENS) d'Abidjan - Côte d'ivoire

Jean Claude Aby Ogah Francois
École Normale Supérieure d'Abidjan - Côte d'ivoire

15 h 30 (30 minutes)
Les enjeux de la formation pédagogique des enseignants universitaires tunisiens et conceptions de l’enseignement
BOUSSAADA, Hallouma
Communication orale
Cette communication présente les résultats d’une recherche qualitative par entrevues semi-structurées portant sur les perceptions que se font les enseignants universitaires tunisiens quant à l’efficacité de la politique de la formation et de l’accompagnement de l’institution dans le processus de la professionnalisation. Notre réflexion et notre analyse des conceptions s’inspirent du constructivisme. Les premiers résultats de cette recherche en cours révèlent un double constat : d’une part, cette politique d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur est peu compatible avec le développement d’une professionnalité émergente; d’autre part, les stratégies d’accompagnement et de professionnalisation des enseignants universitaires ont un faible effet sur les changements des pratiques et la professionnalisation des enseignants. Les explications proposées sont multiples. Il en ressort aussi que les conceptions des enseignants universitaires concernant le sujet de l’apprentissage et de l’enseignement peuvent constituer des obstacles importants à leur développement professionnel et à leurs relations à l’enseignement. Relativement à une formation universitaire de qualité, une approche professionnalisante, non centrée sur la traditionnelle connaissance des techniques et activités d’enseignement, mais plutôt sur la relation entre la pratique enseignante et la réflexion sur les pratiques professionnelles, serait plus pertinente si elle prenait en compte les conceptions des enseignants universitaires.
Auteurs :
Hallouma Boussaada
ISEFC - Tunis / UCL Belgique - Tunisie

Hallouma BOUSSAADA est tunisienne. Elle est titulaire d’une thèse en didactique des langues de l’Université de Tunis, d’un Diplôme de recherche en psychologie, d’un Diplôme d’études spécialisées (DESS) en Sciences de l’Éducation de l’Université Catholique de Louvain, d’un Certificat d’études supérieures universitaire : Qualification à la pédagogie universitaire de l’Université Aix-Marseille, d’un Diplôme en Entreprenariat et en pédagogie active dans l’enseignement supérieur de l’Université Université HAAGA-HELIA, Finlande et d’une Maîtrise de Littérature et de langue arabe de l’Université des langues La Manouba Tunis et de nombreuses certificats de formation en matière de management de la qualité. Elle possède plus de 10 ans d’expériences dans l’accompagnement des équipes de conception de nouveau curriculum d’enseignement-apprentissage, la direction et le pilotage de projets de développement des secteurs éducatifs dans différentes pays émergents, au niveau de l’éducation primaire, secondaire, l’enseignement supérieur, la formation initiale et continue des enseignants ainsi que dans la formation continue des acteurs du secteur éducatif.

16 h 00 (30 minutes)
L’éducation à la santé au sein du curriculum des sciences de la terre et de la vie (SVT) : le cas de la Tunisie
HRAIRI, Sameh
Communication orale
La communication proposée s’intéresse à la place attribuée à l’éducation à la santé au sein du curriculum de biologie. Elle s’appuie sur un ensemble de recherches qui porte sur le questionnement suivant : s’inscrit-elle comme une rupture par rapport aux attentes de la société en termes de santé des jeunes ou davantage dans un continuum? Est-ce qu’il s’agit de traiter des questions relatives à l’éducation à la santé et de mener des actions dans ce domaine? S’agit-il simplement d’apports d’informations et de connaissances biologiques ou hygiéniques, sans références aux contextes social et familial et aux pratiques quotidiennes? Quelle est vraiment la mission des enseignants de la biologie en éducation à la santé à l’école? La communication s’appuiera sur des entretiens et des questionnaires réalisés en Tunisie avec des élèves et des enseignants tunisiens et des analyses de textes officiels et de réformes éducatives. Le cadre de la recherche adoptée est curriculaire. Sa finalité consiste à penser les programmes d’éducation à la santé avec une approche sociale centrée sur le sujet apprenant. Cette posture épistémologique adoptée permettrait de répondre aux attentes des élèves en termes d’éducation à la santé et de développer des actions éducatives qui vont plus loin que la dimension biologique qui reste souvent lacunaire.
Auteurs :
Sameh Hrairi
Université virtuelle de Tunis - Tunisie

Je suis docteure en Sciences de l'éducation depuis 2004 de l'ENS de Cachan et habilitée dans le même domaine depuis 2018. Je suis actuellement enseignante chercheuse à l’Institut Supérieur de l’Education et de la Formation où je dispense des cours sur l’Education à la santé et la didactique des sciences et j'encadre des doctorants en sciences de l'éducation. Je suis également enseignante vacataire à l'école Supérieure de la Santé de Tunis et enseignante invitée à l'ESPE de Lyon où j'assure l'enseignement et l'encadrement au sein du mastère professionnel "éducation à la santé

Séance D606 : Formation initiale et continue

 Salle Talahit 2
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
15 h 00 (30 minutes)
De l’importance de se former à une métacognition « visible » en éducation
DION, Chantal
Communication orale
Le recours aux pratiques pédagogiques métacognitives est illustré par de nombreux outils en ligne, conseils et stratégies pour exercer « la pensée sur la pensée ». Du « apprendre à apprendre » des années 60 aux savoirs actuels sur la métacognition (Handbook on Metacognition in Education, Hacker et al., 2009), deux constantes émergent. La première reconnaît « the effectiveness of a ‘metacognitive’ approach to instruction » (National Academy of Learning, Chick, 2019). La seconde, plus discrète, souligne l’importance d’être « formé à apprendre ». Notre expérience confirme l’une et l’autre, soulignant les mérites d’une direction pédagogique pour une métacognition performante (Dion, 2011; Dion et Farzi, 2019; Hamel, Seror et Dion, 2015), une direction certes disponible, mais éclatée en « métacognition par discipline » ou outil d’autonomie. Notre Grille générale de pratique pédagogique de métacognition est universelle, pour tous et dans toute discipline. Avec cinq interventions métacognitives (déclaration d’intention, planification, évaluation et réflexion, outils, suivi), la grille propose des énoncés auxquels l’apprenant accorde une valeur, suivis d’une mise en visibilité de l’agentique métacognitive. Cet échafaudage pédagogique « visible par traces interposées » permet d’apprécier l’exercice autonome de métacognition et l’évaluation du maitre d’un engagement d’apprentissage repérable. Nous offrirons une discussion de l’évaluation de métacognition activée.
Auteurs :
Chantal Dion
Carleton University - Canada

Formatrice chevronnée de français langue seconde dans une université anglophone canadienne, je pratique un enseignement qui s'appuie sur l'exercice de la métacognition par les apprenants particulièrement dans les cours d'écriture. Ayant mis en place des outils de réflexion sur le travail à accomplir et sur les moyens pour y arriver, j'ai pu constater des changements remarquables chez les apprenants, autant dans leurs approches au travail que dans la manière dont ils abordent toute forme d'apprentissage.

15 h 30 (30 minutes)
L’enseignant spécialisé, « personne-ressource » pour l’école inclusive
DUFOURNET COESTIER, Virginie; CHAMPAIN, Pascal
Communication orale
Depuis 2017, la formation des enseignants spécialisés est inscrite dans le paradigme de l’école inclusive. Le nouveau référentiel attenant à cette formation ouvre désormais sur la nécessité pour chaque enseignant spécialisé d’être une personne-ressource au service de l’école inclusive. L’une des épreuves de cette nouvelle certification renvoie justement au fait que les personnes doivent pouvoir témoigner d’une action conduite en tant que personne-ressource en matière d’éducation inclusive. Notre communication vise à faire état de la façon dont les enseignants ont rendu compte de leur action « de sensibilisation, d’information, de valorisation d’une action pédagogique à destination de professionnels de l’éducation ou de partenaires », comme la circulaire le prévoit. Nous nous appuierons sur la présentation écrite qui est demandée aux stagiaires en préalable à cette épreuve : cet écrit doit être un point d’appui pour eux, de façon à ce qu’ils soumettent une présentation organisée, où doit apparaître l’efficience de leur action. L’analyse des écrits nous permet d’identifier les modes de négociation engagée et le registre d’implication des enseignants spécialisés comme levier d’inscription dans un projet éducatif en mutation. Les résultats indiquent que ces actions s’inscrivent sur un large spectre qui va de l’information à l’action conjointe.
Auteurs :
Virginie Dufournet Coestier
Université de Cergy-Pontoise - France

Virginie DUFOURNET COESTIER est maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Cergy-Pontoise (95) – France et membre du Laboratoire EMA (EA4507). Elle est responsable du master Formation de formation à l’accompagnement professionnel (FFAP). Elle développe ses travaux en socio-clinique institutionnelle en y associant les sujets. Ces thèmes de recherche concernent l’analyse de la pratique professionnelle, l’implication et le questionnement professionnel ainsi que les pratiques éducatives auprès d’élèves à besoins éducatifs particuliers.

Pascal Champain
Université de Cergy-Pontoise - France

Pascal CHAMPAIN est responsable de la formation des enseignants spécialisés CAPPEI/ Master APRIBEP (Accessibilité Pédagogique Remédiation Inclusion et Besoins Educatifs Particuliers) à l’Université de Cergy-Pontoise. Docteur en Sciences du langage, il est membre associé du laboratoire EMA (A4507). Ses recherches portent sur ce qui se joue dans le discours des formateurs, des apprenants, dans leur rapport aux modes de régulation exercés (implicitement ou explicitement) dans les moments d’apprentissage. Elles se rapportent également au concept de « grandes difficultés de compréhension des attentes de l’école » dans son rapport au lire/écrire.

16 h 00 (30 minutes)
Quelle formation à l’aide aux élèves en difficulté pour les jeunes enseignants?
DIALLO, Seykhou
Communication orale
En France, une recherche menée dans sept collèges classés en éducation prioritaire recense 26 dispositifs d’aide à l’extérieur de la classe pour des élèves en difficulté scolaire et en décrochage. La problématique de l’aide aux élèves en difficulté constitue un épineux problème pour les nouveaux enseignants souvent mal formés. Parallèlement, l’institution scolaire externalise l’aide en la confiant à de jeunes professeurs, à des assistants, à des étudiants, etc. Nous avons réalisé une enquête approfondie dans les collèges par une étude de documents, des observations de dispositifs hors classe et des entretiens semi-directifs avec les acteurs. Une enquête statistique portant sur 1638 collégiens montre la proportion des élèves dans les différentes aides. Notre communication montre que la majorité des enseignants interrogés (39) ne considère pas l’aide comme une composante du métier enseignant. Les résultats démontrent également une reproduction des pratiques de classe dans les structures d’aide. La prolifération des actions d’aide remet même en question l’essence du métier lorsque quelques enseignants refusent également de s’engager dans les aides en dehors de la classe et préfèrent d’autres créneaux culturels.
Auteurs :
Seykhou Diallo
Université d'Orléans - France

16 h 45 à 18 h 15
Conférences thématiques

Séance D701 : Numérique éducatif

 Amphithéâtre Talahit
Connectez-vous pour ajouter cette séance à votre programme.
16 h 45 (30 minutes)
Le jeu vidéo dans la classe d’histoire : impact sur l’apprentissage des élèves et proposition de pistes de réflexion pour un usage scolaire éclairé
DIDIER, Stéphanie; ÉTHIER, Marc-André
Communication orale
Les jeux vidéo à usage scolaire sont de plus en plus présents dans les salles de classe. Cette réalité reflète le phénomène plus ancien du jeu électronique qui a connu d’importantes évolutions et qui est en croissance constante : 64 % des Canadiens sont des « joueurs » soit plus de 12 % depuis 2016 (SCJV, 2018). En histoire, le jeu vidéo immerge les élèves dans les sociétés passées. L’interactivité leur permet d’être acteurs de l’histoire et d’influencer le cours des évènements selon le principe de la simulation. Il permet d’intéresser des jeunes à l’histoire en leur faisant vivre le passé (Barton et Levstik, 2004) en plus de présenter des potentialités d’apprentissage uniques. Pour autant, l’utilisation d’un jeu sérieux peut-elle générer un même niveau de connaissances qu’un cours traditionnel? Quelle position les enseignants doivent-ils adopter envers ce phénomène? Trois enquêtes ont été menées dans différentes écoles au Québec pour mesurer les effets du JVH sur les apprentissages des élèves. La communication portera sur la présentation des résultats en mettant l’accent sur la façon dont le JVH peut participer à l’éducation aux médias et à la pensée critique en vue de soutenir l’exploitation didactique de ces « biens culturels » (Éthier et al., 2018).
Auteurs :
Stéphanie Didier
Université de Montréal - Canada

Deuxième année de doctorat en didactique, Faculté des Sciences de l’Éducation de l’Université de Montréal. Projet de recherche : impact de la discussion en classe sur la conscience citoyenne des élèves du secondaire en contexte québécois. Prix : Bourse de perfectionnement obtenue de recherche CRSH (Marc-André Éthier), 2019-2020; Bourse d’excellence doctorale obtenue de la Faculté des sciences de l’éducation, Université de Montréal, 2018-2021; Bourse au mérite pour étudiants des cycles supérieurs obtenue de Université de Montréal, 2002-2003 ; Allocation de recherche obtenue du Ministère de la recherche (France), 2001-2003.

Marc-André Éthier
Université de Montréal - Canada

Membre de l’AQDHG, du CRIFPE et de DiSEC, Marc-André Éthier a été formé en histoire (baccalauréat et maîtrise) et en didactique (doctorat en didactique) à l’Université de Montréal. Il a enseigné l’histoire au secondaire, a été professeur à l’Université du Québec à Trois-Rivières et, depuis 2004, est professeur à l’Université de Montréal. Ses recherches ont été financées ont porté sur l’analyse de contenu des programmes et des manuels d’histoire. Depuis quelques années, elles portent sur l’usage que les enseignants et les élèves font des moyens didactiques, comme les manuels, les romans, les longs métrages de fiction, les jeux vidéos d’histoire ou les artéfacts et archives, ainsi que sur les apprentissages des élèves en histoire, et en particulier ceux qui concernent la démarche de recherche en histoire. Il est le rédacteur en chef de la Revue des sciences de l’éducation.

Cette séance contient 2 autres contributions. Voir toutes les contributions dans cette séance.
  • 1 (current)
  • 2
  • 3
Page 1 de 3, affichant 50 entrées sur un total de 133. Entrées 1 à 50 :